Rodolphe n'aurait pas écrit ça...


Les amis… Il se passe de drôles de choses. «En dedans», dirait-on au Delicatessen.

Je ne sais trop par où commencer.

Merci à Geneviève, Richard et Lucille d’avoir accepté l’invitation ouverte, au restaurant. Des nouveaux personnages… des gens contents d’y être et qui le font savoir. Un peu gêné, mais bon. Et ce n’est pas l’imposteur. Il est mort, je suis allé changer les fleurs hier.

Plein de choses devant moi. Vincent est un Ninja. Dominic fesse dans le tas (je vais suivre bientôt. Pas une réponse, mais un autre contexte) Jonathan! (Je fais mon coming out avant que ça sorte dans le jiournal, c’est mon correcteur, et il lit TRÈS bien).

Bon, je commence. Pour des raisons professionnelles, je dois m’intéresser de près au 2.0. Je FB déjà, je tiens un blogue, alors il fallait que j’aille du côté de l’oiseau. Touiteur. Vous comprenez.

J’ai toujours mes trois vies. (la 4e ne vous regarde pas…). Ma job, mon écriture, mon bénévolat. – La preuve que l’imposteur est mort, j’utilise «Mon» -

Hier est arrivée «l’affaire de la veudette».

Je n’aime pas l’Empire: ancienne vie
Je suis un ancien journaliste au judiciaire. Je sais ce que vaut ce que je lis…

Pis voilà tu pas qu’Émilie RT (retwitte) un message d’une avocate. Sur cette affaire. Maître Morissette parle de son dernier billet de blogue.

Twitter m”a agrippé plus vite que je ne le croyais.

Faque le Castor est allé voir. Il a commenté. Il vous a trompé. «Drette ici», dirait Fernande. Je pense que les réflexes sont encore là.

J’ai découvert que Twitter me rapproche de mon travail, actuel, et de mon ancienne vie. Je m’y sens à l’aise. Pour l’auteur, je ne suis pas encore certain.

Mais le pire, c’est que je me sens encore en forme de ce côté-là. Une sorte d’appel.

Alors, je pense à Rodolphe Morrissette, journaliste à la retraite au judiciaire au JdM, qui m’a tout montré grâce à un merveilleux bouquin sur ses méthodes de travail. Tant d’estime que j’ai baptisé mon chat de son prénom (Riez pas…). Il n’aurait jamais écrit cette merde (voire y’a-ti un intérêt?)

Et je pense à Isabelle Richer, au judiciaire, toujours, à la télévision de Radio-Canada, qui signait ce soir, une première chronique de livres.

Alors, je me dis que oui, il y a une justice en ce bas monde…

6 commentaires:

Gen a dit…

Bleh, toute cette histoire me donne mal au coeur. Justement parce qu'elle touche mon boulot à moi aussi.

Ce qui écoeure le plus, c'est de se rendre compte à quel point ta vie privée va se ramasser à faire les choux gras de certains journaux irrespectueux si jamais t'as la malchance de te retrouver en Cour. Un malheur n'arrive jamais seul.

C'est plus de la justice, c'est du cirque.

Karuna a dit…

Une sorte d'appel...
Hmmm, qu'est-ce que tu veux dire?

François Bélisle a dit…

de retourner à mon ancienne job, simplement.

Lucille a dit…

Oh ! tu entends le chant des sirènes...

On n'a qu'une vie à vivre, et je crois qu'il faut la vivre en faisant ce qu'on aime. Pour avoir partagé le même hebdo que toi (dans une autre vie), je connais ton talent et ta passion.

Une passion, ça ne meurt jamais. J'ai hâte de te (re)lire...

Catherine Morissette a dit…

Désolée de vous avoir fait rechuter!

J'ai cependant beaucoup apprécié vos commentaires, alors je pense que ça en valait la peine!

François Bélisle a dit…

@Catherine: tout à fait! Y'a pas de mal...